L'ergothérapeute

Les missions de l’ergothérapeute

Ergothérapeute : du grec ergon (travail, action, activité) et therapeutès (celui qui soigne).

  • L’ergothérapeute ”fonde sa pratique sur le lien entre l’activité humaine et la santé”*. Il évalue, avec la personne, les situations de handicap qui ont des répercussions sur sa vie quotidienne. Pour faciliter les activités, améliorer l’accessibilité et maintenir l’autonomie, il étudie, conçoit et aménage l’environnement.
  • Il aide la personne à reprendre confiance en elle à travers des mises en situation des actes de la vie quotidienne. Lorsque les personnes présentent des troubles de l’orientation spatiale ou temporelle, de la reconnaissance, de la mémoire... il rééduquera et réadaptera les activités.
  • Pour prévenir les chutes, l’ergothérapeute aménage l’environnement et peut proposer des ateliers pour s’adapter aux changements de postures dans les actes de la vie quotidienne, solliciter les capacités à se redresser, se relever du sol... Il conseille le résident pour mieux s’installer, réaliser des gestes quotidiens tout en évitant les douleurs articulaires dues aux déformations articulaires. Pour compenser une difficulté, il propose des exercices de rééducation ou des moyens techniques adaptés (fauteuil roulant, couverts adaptés, déambulateur…).
  • L’ergothérapeute exerce sur prescription médicale, même s’il est salarié de la résidence.

* Agence Nationale Française des Ergothérapeutes

Le rôle de l’ergothérapeute


Etude de cas

M. Durand a 95 ans et vient d’arriver en résidence retraite médicalisée après une hospitalisation suite à une chute avec fracture du bras. Il est triste, s’intègre mal, ne se souvient pas bien de ce qui s’est passé. Il n’arrive pas s’habiller seul et a du mal à s’alimenter. Il a des difficultés à trouver ses mots et à construire ses phrases. Il se repère mal dans la résidence et a des troubles de la mémoire. En outre, il est diabétique mais refuse son traitement. M. Durand est veuf. Son fils de 70 ans vit à 500 km. Sa petite-fille de 40 ans habite à proximité mais elle est très prise par son travail et ses enfants. Ils se sentent coupables de ne pouvoir s’occuper de lui.

En pratique l’ergothérapeute…

  • évaluera si le membre fracturé est douloureux dans la journée et surtout la nuit. Il vérifiera si le plâtre ou la résine ne provoque pas d’œdème de la main ou d’inflammation.
  • évaluera l’équilibre de M. Durand car le poids du plâtre peut le perturber et surtout modifier ses réactions de protection. Il évaluera la peur de se mettre debout et de marcher puisque la fracture est due à une chute. Il proposera des exercices lui permettant d’améliorer son équilibre et de reprendre confiance en lui.
  • étudiera dans quels actes de la vie quotidienne (repas, toilette...) M. Durand pourra être stimulé afin de revaloriser son estime de lui-même. Quand ce ne sera pas possible, les actes seront alors effectués en tête à tête pour une remise en confiance progressive. Pour le repas, il vérifiera si un couvert adapté peut aider M. Durand à prendre ses repas seul.
  • proposera à M. Durand d’intégrer un petit groupe de trois ou quatre personnes pour faire travailler en douceur ses capacités motrices. Cette intervention favorisera également la rencontre avec les autres résidents.

Nous utilisons des cookies pour mesurer la performance de notre site. En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus